Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2013

Un seul baiser

 

Hyeres fevrier 2007 030.jpg

Qu'on me donne juste quelques plumes
et je ferai une aile pour embrasser le ciel

car je suis astronome

 

un peu loin de la terre     
pourtant!...


 je vois souvent le bleu il me cache les astres
 mais j'aime son espace il emporte l'écho

mes doigts sont attachés à la sphère
 au cristal évidé silence de lumière

qu'on me fasse taire et

qu'on laisse envoler ma bouche de mensonges

juste pour ce baiser


 au monde.

25/01/2013

Vivre

 

correze maroc corse 2010 053.jpg

C'est livre

ce ciel de lit

aux traits en camaïeux

en cailloux dans les yeux

en rivières de bleu

 

C'est livre cet autre ciel

Ici

 

Relecture en partage

Et se trace un rivage

de sable où espérer

 

C'est ivre

de saisir une main

surgie d'un océan

où flotte la tendresse

D'en assouvir sa soif

et puis

désaltéré

enfin

 

Vouloir tout partager

 

Abreuver les pinèdes

le désert

l'herbe sèche

la fleur qui va s'ouvrir

au parfum " souvenirs"

Ou " envie de construire"

 

Et toujours

 

Enfin

 

VIVRE  

 

 

17:09 Publié dans mes textes | Lien permanent | Commentaires (6)

18/12/2012

AUPRES DU PEUPLIER

 

Brume à peine sanguine

sur tes joues

 

le sable tendre frémit sur la plage

 

trop de pluie

de vent peuplier_21177cf712_z.jpg

tempêtes égarées 

tes paupières blessées

brûlent encore.

 

Un jour où tu marchais sans trace de chemin

tu as crié à l’aide

trop longtemps         

bien trop fort

 

Le peuplier s’incline au balancement de l’oiseau

 

entoure de tes bras son tronc

en écho à leur fugue

 

mais

ne freine pas la grâce de sa danse

12:16 Publié dans mes textes | Lien permanent | Commentaires (2)

06/11/2012

Sous ce soleil

 

 

imagesCAHL9QR6.jpg

 

 

silence assourdissant de grandeur

page blanche

  

une ombre nait

s’imprime

son pas chuchote

message à l’encre bleue d’un coin de ciel

 

agrandis  ton regard

franchis les sommets

tu  y  verras peut être  le passé endormi

dans le vertige d’un puits immaculé

la neige tendue sur les aiguilles

a purifié  le roc gelé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19:10 Publié dans mes textes | Lien permanent | Commentaires (3)

21/07/2012

TREMBLANTE VIE

 

mascaret.jpg

 

 

ronde ou aimant

tapis  délicat 

chancelant

 

attirance  filin fragile plus fort

pourtant  que l’amplitude

d’une voix  pure

 

et tu frémis et tu résonnes

tu tends les bras  tu veux saisir

ce qui se ferme  qui s’échappe

 

voilà

 

tout glisse

ta main se blesse et tu te noies

tu vas saigner à retenir  le ruban vert

de l’espérance

 

de ta paume

comme un liquide tout s’écoule

va disparaître sous les cailloux

l’eau se cache encore  

tu sais  qu’elle est le temps qu’elle t’emporte

vers un mascaret implacable

 

jour après jour 

chaque seconde vide tes mains de ces chimères

erreurs de ces  sentiers tracés

point par point

par la lame  froide d’une douleur trop tôt  creusée

et qui te noie dans  une mer

une mère d’incertitude

 

Comme une femme de marin

trempée dans sa robe trop vague

tu restes droite sur le sable

à t’enfoncer dans les chimères  des lendemains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01/06/2012

EXISTENCE... CIEL

Hyeres fevrier 2007 027.jpg

 

C'est déjà tard

 et tu t’éloignes toi   poème de  ce soir

où je pensais à celui que je voudrais tant rencontrer

 

dans la promesse du plus tard

dans ce monde où

plus rien de ce qui nous

laboure l’âme

 

en effaçant  cette beauté 

d’ether , de flammes

qui ne  détruisent rien

que les horreurs de cette terre ne resterait

 

dans ce monde 

enfin la fusion seule de nos âmes

a nom  Amour

 

le rencontrer le prendre par la main

non ! le regard

 

enfin

 

D’un seul sourire  l’unir à toute la beauté que j’ai

 

l’eau  dans l’éveil

d’une naissance

au dieu Soleil

 

 

 C’est déjà tard

Passent les pastels

 

Sous mes averses

ton regard était plus clair encore

 

clé de mes portes grandes ouvertes

DSC03426.JPG

il dirigeait la mélodie

des échos en murmures d'âmes

 

allongées sur mes méridiennes

vies multipliées

en décalque de ressemblances

 

mais le temps souffle sur les pastels

il faudra raviver les couleurs de mes sables

 

s'étiolent les iris au blême du silence

21:28 Publié dans mes textes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poesie

24/04/2012

SI ...les feuilles...

 

photo.JPG

 

 

Si l’automne est tombée

 

accompagne les feuilles  qui meurent doucement

 

si l’air glacé parfois blesse  l’âme

étourdi vient  griffer la plaie

qu’on croyait refermée

 

si le regard de l’ange

cache sous ses paupières

son absence de larmes

 

 

08:34 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : poesie litterature

30/03/2012

Qui ???

Qui a déjà vécu un tremblement de rêves

suivi d’un tsunami de larmes ?

 

Tout s’écroule

tout se noie

je vois une âme blessée  qui perd  son sang

dans un gémissement de silence

19:35 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : poésie

23/12/2011

Joyeuses fêtes à mes visiteurs

http://libresrimes.blogspot.com/2011/11/les-textes-dhelen...

mon cadeau de Noël

très amusée et surprise je viens de découvrir par hasard une collection de mes texts sur ce site

puisque j'écris beaucoup moins je vous  offre  de la lecture pour vos  soirées d'hiver

et vous pourrez aussi découvrir d'autres auteurs en faisant défiler  la page ...

amitiés à tous

11:47 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poesie, livres, litterature

04/12/2011

Tiède espérance

Plante vivace

chair

imprimée   

des  souvenirs de piqûres d'orties ...

 

Viens

 

avançons  un pied prudemment

 

s’il frémit au souvenir de  la douleur 

il fera demi-tour pour une danse,

 valse à reculons.

 

jusqu'au paysage neuf plage  ou désert .

 

Les embruns

 l'air salin  auront chassé   l'insecte

 

l’oiseau restera affamé

son aile alourdie le portera mal

tu voudras dormir près de lui sur le sable

la joue sur ses plumes douces

souillées par l’algue

 

Tiède espérance

17:09 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poesie;litterature

25/11/2011

Drôle de niche

Il habitait en moi depuis toujours

Ou presque

J’avais toujours perçu ce bruissement  sans nom

Ce supplément de vie

Qui me troublait  parfois

 

Point d’eau qui s’étendait  sans cesse 

Flaque de pluie à rejoindre  mes pluies

Je me demande s’il a eu l’impression d’habiter dans mon ailleurs

 

Lui

 

Un jour de soleil pâle  ou de lune montante

J’ai reconnu des lignes des traits des hiéroglyphes

Même pas besoin de Copernic :  une odeur familière

 

Je l’ai hélé doucement :

 «Hé , toi , je te respire

Je veux savoir pourquoi »

 

Il n’a pas détourné son regard

 

Nous apprenons  à lire maintenant .

 

juin 2006

 

17:26 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poesie, litterature

03/11/2011

vagues lames

 

poesie;litterature;chansons;poemes

 

                             aglamiettes.canalblog.com/

c’est tout léger d’être amoureux
on en sourit
on est heureux ou malheureux  
c’est que la vie

mais...
bateau qui tangue  et vagues lames
voix déchirée cris d’océan
douleur de mer

aimer c’est trop lourd à porter

oui aimer  
aimer simplement
ça t’envahit
et ça te brise

quand les nuages  sont de plomb
rendent muets lune et soleil

quand tout l’univers est muet
à ton oreille

et que le silence gémit


30/10/2011

Lueurs dansantes entre les stores

I
Murmure syllabes imprécises rebondissements de radicules ridicules  

grincement  d'un accroc décrochement résonance du sentier  d'absence  foulé d'un pas véloce évitement  roulade  d'un caillou tu trébuches déroule ton film en accéléré horizons enfouis dans une  nuit  d'éternité fugace passager de l'imprécision  aveugle tension d'une lumière absente fuyante vertige tu valses verses le vernis craque

II

Frémissements lézardes  émergences soudaines questions résurgentes bégaiements gouailles répétitives l'effluve de  l'eau d'esprit plat à l'aurore naissante  du paysage de Galice  réveille  ta soif de bulles  tu ne trouves ici qu'Albarino  l'aridité du  terrain   ne peut nourrir la délicatesse du Verdello dommage

III

D'elle deux  mots  à peine audibles   tes cils ont résonné  d'un  frémissement d'aile rebondissements  de danse  imperceptible indécence  dense de  sable   indécis d'un repli  l'iris  se plisse  se hisse  soumis tu retrouves l'ennui

 

17/10/2011

éclair de paille

Reflet tremblant

d'une ombre  entrevue

 

Eclair de paille

où s'endormaient

les cavaliers vaincus

 

tu dessines des embuées

 

l'aile d'un éphémère

passe parfois

s'attarde

un  bref instant

 

pour  en graver  la trace

emporter   son envol

vers  des horizons violets

 

 

11:33 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poesie

16/10/2011

Sans papier...

Exposé là

nu

 

Ils vont le regarder

jauger sa taille et  sa peau

observe

 

Hmmm ! ils vont le respirer

le fouiller 

« pourrait-on l’aimer se  disent ils à l’oreille  ?

ou plutôt nous aimerait-il

nous regarderait-il si …

parlons lui

demandons lui de nous aider

tu sais  ces petits tiroirs en fouillis

lui

Il serait capable de les ranger

il sera heureux que nous lui prêtions attention.

Il  semble  seul  bien petit  au centre de notre domaine

 

c’est vrai  quelle idée de le montrer nu aussi !

 

oui , nos  habits de papier imprimé  nous avantagent 

on a beau dire !

 

il  écrit avec émotion dis-tu ?

haha !! l’émotion ! c’est bien primitif.

 

laissons le  pourquoi le craindre ?

 

Ah tiens il est déjà parti ?

 

NU!!!!
........j'en rêve
.........................Mais........


est-ce bien un spectacle?

...........trop tard mon pote,
..........................trop tard


.........mais au fait,
...................qui à frappé les trois coups?

Si je déchire suivant les pointillés

aurai-je le spectacle   en soirée ?

 

A coup sûr et à tous les coups

le premier coup fut un coup de barre

suivit un grand coup de bambou

et il a sifflé un coup de blanc

 

janvier 2003

10/09/2011

caprice de vent

Le vent hier

Etait couleur de rêve

Juste bleuté

 

Il a blanchi dans sa rapidité

Dans un envol désordonné

 

Mes cheveux s'envolaient

Rejoignaient les étoiles

S'accrochaient

 

Cet air glacé  a ramené

Ton visage d'indifférence

Et  mes  mémoires d'insolence

 

2007

 

08/09/2011

Peut être...

C’est peut être  pour toi aussi

Et pour toi juché sur ce banc

 

On espère

on y croit

…souvent

 

Et à force on perd l’équilibre

 

L’espérance  d’éternel

été

Oui …

qui serait 

 

Peut être que les chats seulement

ont tant raison de ronronner

 

Qu’en eux existe une tendresse

à échanger

multiplier

 

Une vérité

un bien être  à

 

S’envoler avec les pattes

sans même une aile  à déployer

 

Parce qu’on serait 

 

si léger 

 

Comme ce cœur en ailes d’ange

Auquel on croyait … on croyait !!!!!!

 

 

 

 

 

 

23:06 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : poesie litterature

09/07/2011

Silence en demi-teinte

 

J'entendais ses regards.

 

et je fermais les yeux

pour mieux enfermer  sa présence

 

J'entendais sa tristesse

 

et je le regardais pour parler fort et en silence

pour dire de rien le reflet

de sa détresse

 

partager un recoin de sa vie

 

Nous étions si proches alors

isolés dans  le souffle bruyant  de nos secrets

 

Cette guerre sans armes

muette

 

je voulus la tracer

de quelques couleurs  échappées

de nos cœurs vides sans résonance

 

En voici l'huile bouillonnante

craquelée de sanglots perdus

fixés à tout jamais sur une trame grise

où dorment les fleurs de nos vies

 

 

13:30 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poesie, littérature

07/07/2011

REVEIL

 

Scintillements en teintes claires

et quelquefois

La poudre d'un souvenir maussade ou désabusé

 

Alors  il pourrait suivre le vent si un parfum l'appelle

 

Il imagine un envol

un long voyage sans but

très  lointain

 

Ou à l'inverse

La sensualité d'une eau claire

Bleue ?

Verte plutôt en espoir d'algues

 

Décidément ses narines

sont gourmandes d'un océan

ou d'un espace

 

Il flâne

ses doigts  se désaltèrent de la rosée du matin

les feuilles attendent sa caresse

 

Il s'est déchaussé pour que l'herbe

soit douce à son pas

et la vie le pénètre

 

2007

 

 

09:54 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : poésie, littérature

28/06/2011

Flottements

Tu t’insistes

Décalques pour rester  ne pas t’oublier

tu aimes tes assuétudes tes désuétudes  tes solitudes 

papillonnes à travers des paysages  toujours les mêmes

tu as si peur de t’égarer

 

Tes berceaux flottent en souvenirs d’inconsistance

je crois que tu aimais ces barreaux bleus en  rais de ciel

 

Tu t’envolais

cachais  sous ton oreiller des fleurs de rêve

pour assurance

 

Tu t’éveillais

te grisais de la lumière  en traits rayés

qui dansait  à travers le vert des volets

 

Parfois encore  tu te berces  de droite à gauche

te perds  un peu

 

Tu t’es rapprochée des soleils  des vents d’été

tu le  sais enfin  ce pays où tu es bien

Il s’est fixé sous tes paupières

 

Alors pourquoi  flotter encore…

 

Sans doute parce que tu as lu  la dernière page

Depuis si longtemps

 

Tu sais…

 

 

 

EPOUSEE DANS LE VENT

 

 

"Peu à peu mes poumons

se teignent de bleu

voyage en mer"

 Shinohara Hôsaku

 

La voile

éventail dénudé

nous partage le vent

 

Parfums d'orchidées

lis et bougainvillées

rejoignent les vagues

 

Fermer les yeux

enfermer  la création neuve

murmures en sonate

 

Rires de l'arbre au printemps

 

Trembler sous la brise

menace l'équilibre

 

Les reflets ont le poids de la pensée

celle perchée au mât

Ce fils de l'arbre

 

Nos ombres flottent

indécises

ronde au tour du navire

 

Voile ,  belle épousée

dit le mât

préfères tu le sable ou la mer ?

 

Nous venons de la mer et j'irai voir les sables

quand ils deviendront pierres.

 

 

Juin 2003 ...  

pour faire patienter Lutin  

 

 

20:36 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie

23/05/2011

volubilité silencieuse

Faible

Abandonné

Idiot

Il était immobile

 

On le croyait muet

Mais

 

Si on avait entendu parler tout ce qu’il taisait

 

Peut être qu’on aurait pleuré

Ou qu’on aurait préféré

Se boucher les oreilles

 

Ne me demandez pas quelle était sa peine

 

Il ma’ dit qu’elle était secrète 

Et qu’il ne lui restait que cette peine

En souvenir de celle qu’il aimait

 

 

20/05/2011

Dessiner le bonheur ?

Il faudrait un fond gris  cacher la toile vierge

y dessiner un arbre  aux branches dénudées

 

le tableau serait triste  et comme un peu boudeur

 

On saurait cependant que bientôt la clarté

d’un regard  inondé  de tendresse

viendrait illuminer comme un soleil d’été

ce brouillon de promesse

 

il s’épanouirait  dans un  sourire immense

ceux qui seraient présents  souriraient à leur tour

 

un faisceau de bonheur inonderait  la terre

la ferait palpiter

 

Si vous imaginez  cet instant  de lumière

ne fermez pas les yeux laissez le resplendir

se couler en votre âme

 

Qui sait demain

ou l'an prochain peut être

une ébauche naîtra

tremblante sous vos doigts

22:33 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : poésie

13/05/2011

lueur de lune

 

Incandescences

cendres de  préhistoires

Frémissements d eaux profondes

Bulles,

soupirs offerts aux ombreuses lagunes

Chuchotis d'eau roulée  sur des cailloux ouverts

 

Demeurez en bémol .

 

J'ai  peur des équinoxes

 

Malgré leur beauté infinie

je les voudrais lointaines

et ne pas m'y noyer

 

que vos brûlures

restent toujours caresse

ressac sur mes plages fragiles

 

Gardez-moi  en lueur  de lune

un croissant du matin

trempé dans deux sourires

en mousse d'émotion

 

En flammes  de joie seulement

vos hurlements seront musique

 

                             mai 2003

 

 

23:10 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie

11/05/2011

OMBRES

 

poesie litterature

 Se retourner   

oui sans doute

prendre un autre chemin

oublier ce paysage

 

il regarde chaque brin d’herbe

la couleur de la terre 

aujourd’hui sombre  sous son regard

 

pourtant  le ciel  éblouissant

la baigne de violence

 

il veut dessiner  aquarelle transparente

un coin de  mémoire

bouffée du passé

mer  douce  sous ses pas

son cœur se serre 

 

respirer  s’ouvrir à tout vent

à la rosée ravir

l’essence de ce dernier matin  

 

avaler  le soleil

le rendre palpable

s’en nourrir à jamais

 

Un  gémissement inaudible envahit sa bouche

 

15/04/2011

ABSENCE

 

Photo 050.jpg

Il était seul

l’écho l’emportait

 

Vide des murs

 

son corps qu’il imaginait minuscule

tremblait                        glacé

 

reflet sur la pierre  nue

un miroir lui dit qu’il s’égarait

 

Pourtant

en lui elle était là

présente

pesante

silence de brume

 

Il ne savait plus si

ce poids lourd et doux

le blessait ou

le caressait

 

comme l’absence est lourde

possessive

 

l’arc-en-ciel inquétant

lyre des anges

venait le rassurer

avec des chants d’oiseaux

 

il ferma les yeux ...

 

 

 

15:05 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : poésie, littérature

12/04/2011

Parfum de Médoc

  

Aurais- je des muses sobres ?

le vin me griserait il avant d’être bu ?

 

j’ai choisi ma plus précieuse bouteille

l’ai laissée  décanter dans ma plus jolie carafe

 

j’admirais le soleil qui  la caressait

exaltait la robe intense et  pourpre du vin vieux

 

mes narines  s’entrouvraient  

pour une invite  à mes lèvres gourmandes

 

des séjours dans  le Médoc défilaient

me rendaient   rires , émotions,  danses ,

ah les vacances familiales !

 

enfin

le moment  est venu

le précieux liquide  avait  respiré

 

j’ai choisi un verre rebondi 

pour  exalter les aromes de pain grillé ,

de chocolat   de caramel peut être

 

l’impatience de ma langue   créait l’appel de ma gorge

 

Ah le souvenir de la réglisse

ce fut l’instant  le plus grisant

 

J’espérais  vous  séduire avec  le plus beau des poèmes

 

le téléphone a sonné

une muse snobinarde et boudeuse  ne m’inspira

que  les préliminaires

 

j’avalai , 

Pfft  plus de poème

 

restent les paysages

  

09:00 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poesie, litterature

07/04/2011

Chaos

 

imagesCAMI5YEI.jpg

 

Dans ces précipices étaient  des morts et des blessés .

orage et pluie ces bavards  grisés par le vent  balayaient  sans cesse .  

les recoins récalcitrants criaient

multipliaient des échos de plaintes silencieuses

hurlaient parfois comme des loups déchirés.

 

Leur peau pierreuse et sale 

exhalait les odeurs  moisies de fantômes blafards

 

Un jour de sirocco  le vide prit possession du paysage

le vertige connut sa plus   belle de ses conquêtes.

la vie tournoyait comme un pétale  égaré sous la pluie .

des terrains moussus l’ étouffaient elle aurait tant voulu crier comme avant.

 

C’est alors qu’elle demanda à un chaman si le bonheur était vraiment le bonheur .

mais le chaman était muet depuis la création du monde.

18:27 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : poesie, littérature

Ethers

 

 

modigliani_chaim_soutine_l.jpg

 

Des flocons bleus

éclats de ciel

rêves  si lourds dans leurs ailes  de neige

 

Des joies  insupportables 

tuent  l'artiste

impatient  de les animer

 

Les nuages  courent 

il faut les rattraper avant qu'ils  fondent 

en averse

 

La peur lui  dit  de boire

l'alcool brûle  son cœur

illumine ses yeux

 

sur la toile quelquefois

tout devient sombre

 

 

 

15:59 Publié dans mes textes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poesie, littérature