Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2012

AUPRES DU PEUPLIER

 

Brume à peine sanguine

sur tes joues

 

le sable tendre frémit sur la plage

 

trop de pluie

de vent peuplier_21177cf712_z.jpg

tempêtes égarées 

tes paupières blessées

brûlent encore.

 

Un jour où tu marchais sans trace de chemin

tu as crié à l’aide

trop longtemps         

bien trop fort

 

Le peuplier s’incline au balancement de l’oiseau

 

entoure de tes bras son tronc

en écho à leur fugue

 

mais

ne freine pas la grâce de sa danse

12:16 Publié dans mes textes | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

trés beau et doux

Écrit par : lutin | 27/12/2012

Hélène, ces peupliers sont des pinceaux et des crayons
fardant de bien jolies couleurs ton écriture et notre âme.
J'aime tes mots.
Bises.
Renaud

Écrit par : renaud | 29/12/2012

Les commentaires sont fermés.