Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2011

un poème de Xavier Bordes qui me touche beaucoup

Très seul, surplombant le bleu de Prusse pâlissant

Jusqu'à se fondre avec l'horizon des îles,

Debout au bord de la falaise, appuyé à l'unique pin,

En moi j'écoute la sève en espérant dans sa circulation

Découvrir la forme chuchotante de la vie

 

Encore une chose impossible à expliquer

Comme si je disais qu'en

Caressant les encolures d'écorce et les crinières vertes des branches

Je touche le galop d'un quadrige immobile

Chaque claquement d'étoiles sur la mer faisant jaillir

Au cirque des échos une gerbe de silence

 

Le char du soleil et le dieu aux boucles rayonnantes

Au-dessus des calanques écarlates

La vague s'y déchire en essayant d'y porter au plus haut ses crachats clairs

Qui se révulsent en crachin d'oiseaux gouailleurs

Fuyant à tire-d'ailes vers l'ouest

 

Brindilles mortes en tapis mêlé d'aiguilles sèches à mes pieds

Jusqu'au bord du vertige auquel s'affronte mon regard

Cils acérés de celle que tu aimes

Les yeux dans les yeux comme si l'on échangeait de la lumière

Celle que tu aimes, la parcelle dorée

Dont s'illumine en toi la fin et le commencement des choses

 

 lien vers son blog  http://xavier.bordes.over-blog.com/

 

Commentaires

Bonjour,
Votre départ de ce réseau social aura eu ceci de bon de me faire découvrir votre blog! J'apprécie aussi beaucoup ce poème.
Malheureusement, plus de contact avec vous: souhaitez-vous me faire parvenir votre adresse mail? A votre guise.
Amicalement
Annik

Écrit par : Annik | 01/11/2011

Répondre à ce commentaire

volontiers Annik . J'ai peut être encore un mail de vous
si je le retrouve j'emploierai ce chemin

Écrit par : adeline | 01/11/2011

Ah, moi-aussi, ce poème me touche... D'ailleurs, je n'en reviens pas : je croyais que je serais le seul à en être touché.
Et nous voici déjà trois !
Félicitations pour un tel choix, qui prouve la qualité de ce blog !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Avec un clin d'oeil coquin.

Joë

Écrit par : Lasource | 01/11/2011

Répondre à ce commentaire

J'aime bien vos visites fraîches et votre chant de source Joë
à bientôt sur vos pelouses qui il me semble sont un peu désertes ces derniers temps

Écrit par : adeline | 01/11/2011

Répondre à ce commentaire

Hey Joe, à parier aussi que Jean Tantou soit tout autant ému que nous par ce texte ! Ce Xavier a plein de copains virtuels...

Écrit par : Serge | 01/11/2011

Répondre à ce commentaire

tu as raison c'est ma faute j'ai fait trop de bruit et il a l'oreille fine ;-))

mais le jeu valait la chandelle

Écrit par : adeline | 01/11/2011

Répondre à ce commentaire

Qui c'est ce Lasource ? Moi je trouve ce poème incompréhensible et bizarre. Ça veut dire quoi "des crachats qui se révulsent" ? Tout ça c'est du charagia. C'est quoi un "claquement d'étoiles". Franchement, je ne vois pas pourquoi je serais ému par ce tas de bêtises ! J'aime mieux les poésie d'Adeline. Là, on a des vrais poèmes sérieux et compréhensibles...

Écrit par : Jean Tantou | 02/11/2011

Répondre à ce commentaire

Jean Tantou ya des gens qui entendent bien mais qui ne comprennent rien c'est connu
on dit charaBia pas charaGia t'es raciste anti araB? et t'as la raGe?
et c'est des crachats de vagues forcément une source ça aime tout ce qui est de l'eau ;-))
mets des boules qui est-ce sacré peau - lueur

Adeline ? elle écrit plus rien alors ...!

Écrit par : la fourm--iguette | 02/11/2011

Répondre à ce commentaire

C'est à cause que mon prénom de baptême est Jean que mon nom te fait penser que j'entends "bien mais que je comprends rien c'est connu"... Connu de qui ? Si arabe y a dans charabia, il y a aussi un chat alors ? Non je suis pas ragiste ! Pour les "boules", je les mets pas, je les ai !
Si je comprends rien, c'est parce que tout ça c'est sans bon sens. La poésie c'est de mots qui tournent comme une toupie folle !

Écrit par : Jean tantou | 02/11/2011

Répondre à ce commentaire

Il y en a vraiment qui sont tobtus ! Ce jean, sur ce poème il perd les pédales. La poésie ça dit toujours des choses qu'on ne comprend pas, ou alors longtemps après. Moi je trouve ce poème très bien, tantpis qu'il n'a pas de rimes.

Écrit par : Lochon | 05/11/2011

Répondre à ce commentaire

comme j'apprécie peu la poésie classique je me réjouis de l'absence de rimes chacun a le droit d'avoir sa propre musique
s'attarder pour comprendre un passage est comme une promenade de printemps ...

Écrit par : Paul | 05/11/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire