Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2011

caprice de vent

Le vent hier

Etait couleur de rêve

Juste bleuté

 

Il a blanchi dans sa rapidité

Dans un envol désordonné

 

Mes cheveux s'envolaient

Rejoignaient les étoiles

S'accrochaient

 

Cet air glacé  a ramené

Ton visage d'indifférence

Et  mes  mémoires d'insolence

 

2007

 

Commentaires

Belles ces mémoires d'insolence ...

Écrit par : Veronica | 15/09/2011

Ces bien jolis mots semblent sortis tout droit de la légende
de la Chevelure de Bérénice.
Amitié du soir.

Écrit par : renaud | 28/09/2011

Grincheuse ! Quand on a les cheveux si longs qu'ils vont se faire griller dans les étoiles faute de meilleur fer à friser, on ne râle pas contre l'air d'indifférence des gens coupés en brosse ou chauves... Cheveux lisse de Béren Hur ! Au secours, je comprends rien à la poésie !

Écrit par : Jean Tantou | 06/10/2011

Merci RENAUS pour vos commentaires toujours agréables et de circonstance si vous lisez ci-dessous :-))) ce n'était cependant que coïncidence


JEAN DE LA LUNE je t'ai reconnu avec ton crâne rasé et ton comme en terre sous Béret zina

je ne te révèlerai rien de mes secrets
qu'ils soient d'alcôve ou par chemins

Écrit par : adeline | 06/10/2011

Les commentaires sont fermés.