Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2011

Coeur encrier

 

 

Au fur et à mesure que les mots noirs

se posaient sur la virginité de la feuille

derrière le poète

une ombre grandissait

 

complicité de la plume assoiffée

du coeur encrier

qui s'allégeait de ses douleurs écrites

qui palpitait de ses amours tracées

 

devant l'âme

sur la table de chêne rongé

dans l'eau du verre bleu

aux lueurs de la lampe

se dessinaient les yeux...les fleurs.. La terre..

 

et les gouttes de pluie sur la vitre d'en face

étaient autant de larmes qu'il n'avait pas pleuré

Commentaires

un trés beau retour à la plume le tableau du poète penché sur sa feuille

Écrit par : lutin | 16/08/2011

Répondre à ce commentaire

J'adore les deux derniers vers

Écrit par : galibert | 08/09/2011

Répondre à ce commentaire

Merci galbert...
la pluie peut être les larmes du monde...

Écrit par : adeline | 09/09/2011

Répondre à ce commentaire

galbert je crois que vous avez un blog je me trompe j'en ai perdu le lien

Écrit par : adeline | 09/09/2011

Répondre à ce commentaire

L'écriture c'est une juste répartition entre l'ombre et la lumière, entre nos ombres et nos lumières.
Avec tes mots noirs et ta feuille blanche tu l'exprimes très bien.

Écrit par : renaud | 28/09/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire