Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2011

Silence en demi-teinte

 

J'entendais ses regards.

 

et je fermais les yeux

pour mieux enfermer  sa présence

 

J'entendais sa tristesse

 

et je le regardais pour parler fort et en silence

pour dire de rien le reflet

de sa détresse

 

partager un recoin de sa vie

 

Nous étions si proches alors

isolés dans  le souffle bruyant  de nos secrets

 

Cette guerre sans armes

muette

 

je voulus la tracer

de quelques couleurs  échappées

de nos cœurs vides sans résonance

 

En voici l'huile bouillonnante

craquelée de sanglots perdus

fixés à tout jamais sur une trame grise

où dorment les fleurs de nos vies

 

 

13:30 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poesie, littérature

Commentaires

J'ai beaucoup aimé, mais les césures que j'ai vu ailleurs donnent encore plus d'émotion car elles entrainent une lecture plus lente, ainsi j'entendais encore mieux.

Écrit par : lutin | 09/07/2011

c'est en publiant ailleurs que j'ai eu envie de changer , ainsi que le titre
le rythme est souligné une respiration dans la seconde mouture ...
c'est rare que je publie le même texte le même jour à deux endroits différents et tu as deviné ? ;-)))

Écrit par : adeline | 09/07/2011

Merci, j'aime ainsi.

Écrit par : lutin | 10/07/2011

Bonsoir Adeline.
Ton texte est très beau, tout en nuances, en contrastes, en
images intérieures, en symboles. J'aime beaucoup .C'est plein
de sensibilité.
Amitié

Écrit par : renaud | 11/07/2011

souvent on me dit que je suis sensible .. c'est pas faux ;-))) quelquefois ça me joue des tours :-)

Écrit par : adeline | 15/07/2011

Les commentaires sont fermés.