Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2011

PAROLES DU PRINTEMPS

 C’est l’attente d’abord juste un frémissement

le brouhaha des chaises

un léger rire étouffé

 

Tu flottes

une écharpe invisible légère

seule  te soutient

dans un instant interrompu

 

tu as un peu oublié la poésie

te sens lourde et pourtant vide

blottie dans la confiance de son souvenir

 

La voilà

murmure d’abord

un mot  un autre se rencontrent

harmonie

 

en toi quelque chose se soulève

enveloppe ton visage et l’entraîne

dans ce monde intérieur qui lit sans regard

ce paysage léger d’espérance

tu t’abandonnes

 

Tu es bien

simplement

11:38 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poésie, littérature

Commentaires

On devine que cette personne cache un sublime paysage sous son visage !

Écrit par : Victordali | 12/03/2011

merci de votre fidélité Victor
je reviens de trois séances de poésie
rencontres chaleureuses Jacques Ancet entre autres un lien vers son blog sur celui-ci

Écrit par : adeline | 12/03/2011

et en écho ( ce que m'a inspiré lutin, à laquelle je réponds ainsi)


Ta route est tracée de pluie et de soleil
Les ombres s'y allongent et s'y diluent
Dans une perspective incertaine
Les allers et retours, et croisées de chemin
Offrent en raccourcis leurs ornières et leurs dos d'âne
Les reflets des orages dans les flaques
Et celui de ta vie, qui mène comme elle l'entend
Son petit bonhomme de chemin
Et croise souvent le mien.

C'est à croire que la carte est écrite,
Qu'il est des rencontres fortuites,
Ou presque, qui nous retrouveront à l'abri
Aux petits bars de la côte, les odeurs de soupe
de chou-fleur et les fish & chips,
Alors que la mer s'est suspendue,
Un instant de repos en paysage
Et la lumière au fond de toi
Qui me guide souvent, d'entre les nuages...

18 juin 2012

--


Je le sais que ma route est tracée de pluie
il y a espoir cette petite lumière au fond de moi
me dit qu’un jour le ciel arrêtera de pleurer

Je le sais alors je ne me laisse pas faire
entre temps mes cheveux poussent aussi vite que naissent les flaques d’eau,
je nourris mon coiffeur qui me dit encore !

Je le sais que la soupe fait grandir
l’eau de pluie c’est bon pour la peau
je me sens grande dans le reflet des flaques d’eau

Je le sais qu’ailleurs c’est la mer de sel
alors arrête de pleurer


Lutin 16 juin 2012

Écrit par : rechab | 18/06/2012

Les commentaires sont fermés.