19/11/2010

Mer du Nord en Novembre

 

plages_normandes_bis.jpg

Sage

 

la vague s’allonge

lascive

sur la plage abandonnée

 

elle retrouve enfin la nudité du sable

 

leurs virginités se rejoignent

l’agitation vaine de l’été s’est calmée

a rendu aux  effluves

leur pureté parfumée

de vent  de sel  

la respiration des marées

 

une  lumière adoucie danse

dans la pureté du silence

Si le noroît trop vif   veut sa part de bonheur

ne rentrez pas trop vite

trouvez  un abri

 

le désordre  de sa danse passionnée de cheval fou

mérite  votre regard 

son fouet sur la mer vous fera goûter au sel

 

votre visage aimera quelques instants

ses gifles inconscientes

 

votre teint vous remerciera

tout à l’heure

 

15:54 Publié dans reflets | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poesie, littérature

Commentaires

C'est magnifique Miss ! cela me donne envie de m'installer face à elle avec des moufles protégeant mes mains, un verre de vin chaud réchauffant la laine.

Écrit par : lutin | 19/11/2010

Répondre à ce commentaire

écrit pour me consoler toutes mes photos d'Ostende et de Metz ont disparu de mon PC et meme de Picasa
Grrr maintenant je ferai des enregistrements sur DVD !!
c'est à dégouter de faire des photos
j'ai des souvenirs de Mer cu Nord il fait froid mais c'est beau ...

Écrit par : adeline | 19/11/2010

Répondre à ce commentaire

Du temps que je vivais en bord de mer, j'y allais très peu en été, certaines années même n'y allant pas du tout, mais dès le retour de l'hiver, je n'aimais rien tant que ces longues promenades venteuses, humides, où je pouvais marcher plus d'une heure sans croiser personne. Mon chien pour seul compagnon, la mer et les dunes pour seul paysage...

Écrit par : Bifane | 23/11/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire